Une séance de groupe


 © Pexels

Sont présentes dans le groupe : Valentina, Silvia, Giada, Ombretta, Stefania, Novella et Francesca.

Valentina commence à parler, à mon invitation, car elle doit en effet rentrer chez elle plus tôt. Elle raconte qu’elle ne se sent pas très bien aujourd’hui, elle a comme la sensation que quelque chose de mauvais va arriver, mais elle ne sait pas quoi : « Avec ma mère, c’est toujours pareil, elle est hystérique ! Maintenant, en plus, elle et mon père m’ont dit que si cette année je ne passe pas tous mes examens, ils ne paieront plus mes frais universitaires, mais je n’arrive pas à étudier. » Thérapeute : « Et qu’avez-vous répondu lorsqu’ils vous ont dit cela ? » Valentina : « Que je ferai de mon mieux. » Thérapeute : « Voilà Valentina, il faut bien comprendre ce que l’on entend par « mieux », car il me semble que c’est un peu cela le problème… » Valentina raconte qu’elle est fatiguée, elle le dit en pleurant, elle n’arrive pas à étudier parce qu’elle est toute la journée à l’université et que le samedi et le dimanche sont les seuls jours où elle peut voir ses amis, à quoi elle ne veut pas renoncer. Valentina continue en disant que ce week-end ne s’est pas bien passé : « Je n’ai fait que manger, cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé, même dehors, j’ai mangé des bonbons, des chips, des cochonneries toute la journée. » Elle a aussi vu son ex-petit ami et à cause de cela, elle se sent mal, elle n’arrive pas à faire semblant de rien, c’est absurde qu’il fasse l’ami : « Les choses n’allaient pas bien même avant, mais au moins j’avais quelqu’un, en dehors de ma famille, qui pouvait m’aider. » Elle continue : « Puis ma mère, un jour elle me dit que je ne mange rien, le lendemain elle me dit qu’elle me trouve bien, elle doit se décider, que veut-elle de moi ? » Thérapeute : « Valentina, il me semble que le problème est que, quoi que vous fassiez, ils vous en demanderont toujours plus parce qu’ils ont été habitués ainsi… » Valentina : « Eh bien, j’ai compris, j’étais la bonne petite fille, je restais toujours à la maison pour étudier et en fait j’ai perdu dix kilos en deux mois et ils ne s’en sont même pas aperçus, au moins ils ne râlaient pas tout le temps ! » Thérapeute : « Oui, mais vous ne viviez pas… » Valentina : « C’est vrai aussi… je ne sais pas, je ne sais plus à qui je peux faire confiance… » Les filles du groupe interviennent avec des suggestions. Silvia : « Mais si tu essayais de travailler le samedi et le dimanche, comme ça tu serais indépendante et cela t’aiderait aussi à avoir plus confiance en toi ? » Giada : « Valentina a essayé mais ses parents ne voulaient pas. » Valentina : « Et puis ce sont les seuls jours où je vois mes amis… » Thérapeute : « Bien sûr que c’est un chantage en bonne et due forme. On dirait que vivre en famille, c’est comme vivre en guerre, est-il possible qu’on ne puisse pas être tranquilles…? » Thérapeute : « Et vous, Ombretta, comment allez-vous ? Comment s’est passée cette semaine ? » Ombretta : « C’était un désastre, tout a mal tourné… » Elle raconte avoir eu une grosse dispute avec ses parents à propos de son désir de quitter l’école pour suivre des cours en privé. Après que sa mère lui ait dit qu’il n’en était pas question, elle a commencé à pleurer et à se désespérer au point qu’à un certain moment, elle n’arrivait plus à respirer : « Je me suis complètement rigidifiée, je sentais des picotements dans tout le corps, je ne pouvais plus bouger, pour la première fois de ma vie j’ai eu peur de mourir. » Thérapeute : « Et après, qu’avez-vous fait ? » Ombretta : « Maman a appelé papa qui était en haut chez grand-mère et il est arrivé et m’a immédiatement fait une injection… » Giada : « Quoi ? Quelle injection t’a-t-il faite ? » Ombretta : « Des tranquillisants. » Thérapeute : « Mais des caresses au lieu d’une injection, non ? Peut-être qu’une fille effrayée a plus besoin d’un câlin pour se calmer… » Ombretta : « Oui, comme si… ensuite il m’a aussi donné des gouttes à prendre et il m’a dit, si je sais que tu vomis celles-ci aussi, je me fâche… » « Mais quel rapport ? Quel sens cela a-t-il ? Ma mère, l’autre jour, m’a aussi dit qu’elle ne rechargerait pas mon téléphone portable parce que la veille au soir j’avais mangé des chips… » Les filles demandent des éclaircissements et Ombretta raconte que sa mère ferme le réfrigérateur dans la cave avec un cadenas et que ses parents lui reprochent ce qu’elle dépense pour manger et vomir. Les filles sont stupéfaites par l’attitude des parents d’Ombretta, surtout celle de son père. Ombretta : « Ensuite, pendant deux jours, il a été tout gentil, mais maintenant je le connais et même s’il fait semblant d’être gentil, j’ai peur parce que je sais qu’il redeviendra comme avant. Puis, même quand j’étais malade, moi à leur place j’aurais eu un peu de pitié pour moi, j’ai pleuré toute la journée tellement j’étais mal, et puis le soir à six heures quand je suis allée vomir, il semblait que j’avais mangé une heure avant, je n’avais rien digéré, mais est-ce possible, j’ai une tête dans le ventre ! » Stefania raconte brièvement sa jalousie qu’elle considère excessive : « J’ai mal à l’estomac, j’ai la nausée, je n’arrive pas à dormir… » envers l’ex de son petit ami qui : « …Est brune, mince et très jolie… ». Elle raconte avoir joué au tennis contre elle et que, sous la tension, elle a tout raté : « Comme si cela ne suffisait pas, elle continuait à marquer des points contre moi, je l’aurais tuée. » Francesca : « C’est normal que tu sois jalouse. » Stefania : « Oui, mais je ne suis pas jalouse de manière normale, maintenant je le suis même de mes sœurs… Je suis devenue exactement comme ma mère. » Francesca parle au groupe de l’arrivée imminente de son petit ami de Rome et « …Ce qui l’empêchera de venir au groupe lundi prochain ; et ensuite, elle raconte la fin de son histoire avec Dario et comment, avec lui, elle a aussi perdu les amies qui, elle ne sait pas pourquoi, ont pris son parti. » Le père de Francesca est en revanche très heureux de la fin de cette relation qui a duré quatre ans ; « …Il a toujours été jaloux de lui, imaginez qu’au restaurant quand nous sommes tous les deux, il me présente presque comme sa petite amie… » Thérapeute : « Ce serait mieux qu’il vous traite comme une fille et non comme une épouse !!! » Giada prend la parole pour dire au groupe que son travail l’angoisse beaucoup. « Tous ces vieux déprimés… » mais qui lui assure au moins une sécurité économique. Elle continue avec le récit d’une dispute entre elle et Flavio à propos d’un matelas : « Il ne veut pas dormir sur mon matelas, et il ne veut pas dormir avec le chat. Je peux comprendre que quelqu’un ne veuille pas dormir avec des chats… » Finalement, elle a décidé d’acheter un nouveau matelas, mais ensuite sa mère s’en est mêlée. » Cette intrusion de sa mère a beaucoup dérangé Giada : « Je ne comprends pas pourquoi elle devait s’en mêler, c’était une affaire entre moi et son fils… peut-être qu’elle ne voulait pas nous voir nous disputer, mais je lui ai expliqué que je me dispute deux cent cinquante fois par jour avec son fils. » Thérapeute : « Giada, sentez-vous que vous avez une place dans le groupe ? » Giada commence à pleurer, disant qu’elle ne sait même pas pourquoi elle le fait : « Je ne sais pas pourquoi je pleure maintenant, je ne sais rien… » Novella, à propos de son père, raconte la communion de sa petite cousine de sept ans : « Devant l’église, mon père s’est penché, l’a appelée et lui a indiqué la joue pour qu’elle lui fasse un bisou. Plus tard, au buffet, il y avait un enfant qui n’avait même pas un an et lui, vous auriez dû le voir tout gentil… » J’ai dit à ma mère : « C’est sûr que nous devions rester petits… » et elle m’a dit : « Quelle garce tu es…!!! », « Mais c’est la vérité, c’est une pensée que mon frère et moi partageons. » Puis elle continue : « C’est vrai que mon père a cinquante ans et qu’il n’y a plus d’espoir qu’il change… » Thérapeute : « Eh bien, cinquante ans ce n’est pas si vieux, ne démolissons pas ces hommes ainsi… » Novella : « Eh bien, en fait, il était peut-être aussi rigide quand il avait vingt ans… il est maniaque comme le tien (s’adressant à Ombretta) avec l’ordre, pendant que je fais une tarte, il est déjà là à tout ranger… bon sang, laisse-moi au moins finir ! » « De toute façon, il n’a même pas changé quand, avec ma maladie, je l’ai confronté à son échec. » Francesca raconte aussi que ses parents déménagent ; son père a eu des problèmes financiers et ils ont dû diviser leur grande maison en trois appartements, ils iront dans l’un d’eux. Thérapeute : « Une sorte de retraite… » Francesca : « Oui, heureusement que je n’y vis pas, que j’ai réussi à me faire mon propre espace… » Le thérapeute fait remarquer que dans la séance d’aujourd’hui, des figures très jugeantes émergent…

Ce texte est rédigé dans le respect du Code de la Privacy – GPDP – règlement UE 2016/679.


Nessun commento

Nota. Solo i membri di questo blog possono postare un commento.